Système d’orientation et de formation

Système d’orientation et de formation

L’orientation et la formation sont des thèmes importants dans les politiques européennes de mobilité. Ce sont des enjeux qui concernent tous les systèmes éducatifs.

On parle ainsi de l’orientation tout au long de la vie et de la formation tout au long de la vie. Afin de mieux développer les politiques d’orientation, l’Europe a adopté en 2008, une nouvelle résolution sur l’orientation : Mieux inclure l’orientation tout au long de la vie dans les stratégies d’éducation et de formation.

Ce texte a défini quatre axes :

  • favoriser l'acquisition de la capacité à s'orienter tout au long de la vie
  • faciliter l'accès de tous les citoyens aux services d'orientation
  • développer l'assurance qualité des services d'orientation
  • encourager la coordination et la coopération des différents acteurs aux niveaux national, régional et local

Chaque Etat membre décline ces axes dans sa politique d’éducation et de formation nationale. Des programmes européens sont mis en place pour soutenir ces politiques.

Le portail Learning Opportunities and Qualifications in Europe contient des explications détaillées sur les possibilités de formation et de qualification dans chaque pays européen.

L’Europe et l’enseignement

L’Union européenne a mis en place plusieurs dispositifs afin de faciliter la mobilité des étudiants en Europe et leur permettre de faire reconnaître leur diplôme ou parcours de formation.

1. Le réseau Eurydice

Le réseau Eurydice fournit de l'information sur les systèmes éducatifs européens ainsi qu'une analyse de ces systèmes et des politiques menées en la matière.  En 2014, il était constitué de 40 unités nationales basées dans les 36 pays qui participent au programme Erasmus+ de l'Union européenne (les États membres de l'UE, la Bosnie-Herzégovine, l'Islande, le Liechtenstein, le Monténégro, l'Ancienne République yougoslave de Macédoine, la Norvège, la Serbie et la Turquie).

2. Le processus de Bologne

Depuis septembre 2004, l’enseignement supérieur belge a été fortement modifié par la mise en place du "processus de Bologne". Il s’agit d’une réforme européenne visant à harmoniser les diplômes entre les différents Etats membres et à favoriser la mobilité des étudiants sur le territoire européen.

Etudes supérieures : ce qui a changé

Les études s’organisent en trois cycles et chaque année d’étude est comptabilisée en "crédits". Le "crédit" est l’unité correspondant au temps consacré par l'étudiant à une activité d'apprentissage au sein d'un programme d'études, dans une discipline donnée. L'année d'étude reste la référence et correspond à 60 crédits.

1er cycle : le bachelier

Le premier cycle correspond à trois années d’études minimum (180 crédits) et conduit au grade académique de bachelier. Les études de l’enseignement supérieur de type court, anciennement sanctionnées par un graduat, et les années de candidatures à l’Université, sont donc remplacées par le bachelier.

2e cycle : le master

Après l’obtention d’un bachelier, l’étudiant peut compléter sa formation par des études de deuxième cycle. Elles mènent au grade académique de master en un an (60 crédits) ou deux ans (120 crédits), de médecine après quatre ans minimum (240 crédits) ou de médecine vétérinaire après trois ans minimum (180 crédits). Enfin, dans certaines filières, le master peut être complété par un master complémentaire d'un an (60 crédits) minimum.

3e cycle : le doctorat

Ce cycle ne concerne que l’enseignement universitaire et est accessible après une formation initiale d'au moins 300 crédits. Les études de troisième cycle comprennent d'une part la formation doctorale (60 crédits) qui conduit à un certificat de formation à la recherche et d'autre part, d'autre part les travaux relatifs à la préparation d'une thèse de doctorat (au moins 180 crédits), qui conduit au grade académique de docteur après défense de la thèse.

Remarque : Le processus de Bologne est une initiative volontaire de 46 pays participants. Il s’agit de fixer quelques éléments communs (ex : le système de crédits, la structure en trois cycles, la coopération pour l'assurance de la qualité de l'enseignement supérieur …) qui permettent à chaque étudiant d’identifier à quoi correspond son diplôme et de poursuivre son cursus dans un autre pays. Chaque état ou communauté reste donc libre quant à l’organisation et au contenu de son enseignement.

Plus d'informations

Application du décret de Bologne en Communauté française
Informations du Conseil de l’Europe sur le processus de Bologne (FR, EN)